Lieux:Paris, Beauchamp (95), A distance
Téléphone:0603948205

[PSYCHISME] REPRENDRE LE POUVOIR SUR SOI 6/21

LA MAITRISE DE VOTRE ESPRIT OU COMMENT FAIRE FONCTIONNER VOTRE CERVEAU

Cet article synthétise « LA MAITRISE DE VOTRE ESPRIT OU COMMENT FAIRE FONCTIONNER VOTRE CERVEAU », le 6ème chapitre du livre d’Anthony Robbins « Pouvoirs Illimités ». Nous avions vu dans les articles précédents l’importance d’imiter des modèles, d’avoir le pouvoir sur ses croyances et sur nos états internes pour être maître de son destin.

Ici, Anthony Robbins décrit concrètement ses techniques basées sur la PNL (Programmation NeuroLinguistique) et comment les utiliser pour modifier ses états internes positivement et obtenir ce qu’on veut quand on veut en tirant partie de ses propres ressources.

 

Pour lui, à partir du moment où on a compris le fonctionnement de notre cerveau, il nous est possible d’acquérir l’indépendance suffisante pour prendre soin de nous et encore plus en ayant le pouvoir de modifier soi-même ses sensations, ses émotions et ses comportements et ce, en quelques instants !

Ainsi les expériences passées bonnes ou mauvaises sont autant de boutons sur lesquels il est possible d’appuyer pour revivre les émotions de ces moments-là de ce fait en refaisant appel aux états internes alors ressentis, il est possible de les utiliser pour se reconditionner et obtenir des résultats efficaces.

Dans cet article, vous allez devoir pratiquer pour ressentir et a fortiori comprendre tout l’intérêt de ces techniques.

 

STRUCTURE DES ETATS INTERNES

Composition des photos de Anastasia Shuraeva pour le goût, cottonbro pour le toucher et Skitterphoto pour la vue via Pexels puis Anemone123 pour l’audition et Myriams-Fotos pour le nez via Pixabay

 

Nos représentations internes sont structurées avec nos 5 sens : la vue, l’audition, le toucher, le goût et l’olfaction.

Nos expériences sont emmagasinées dans notre esprit par la représentation de ces 5 sens et principalement par 3 d’entre elles : La vue, l’audition et le toucher.

C’est à partir de ces modalités sensorielles que nous produisons nos comportements et ainsi des résultats.

En jouant sur ces sous-modalités, nous allons voir comment il va être possible de remplacer une représentation interne par une autre.

 

LES SOUS-MODALITES

La sensibilité aux sous-modalités est différente pour chacun ainsi certains vont être plutôt sensibles au ton qu’ils utilisent, d’autres à la représentation d’un objet énorme…

En sachant à quoi vous êtes sensible et comment cela vous affecte, il vous sera alors plus aisé de prendre en charge votre esprit et de le diriger vers une attitude de pouvoir plutôt qu’une attitude de repli.

Anthony Robbins prône l’imitation de modèles mais pour lui, reproduire leurs images mentales et leurs mantras ne suffit pas. Il est aussi nécessaire de savoir comment elles sont construites et surtout avec quelles sous-modalités qui représentent « les qualités exactes […] pour obtenir un résultat »

 

Exemples de sous-modalités :

  • Visuelles :
    • Images qui défilent ou vues fixes
    • Panoramique ou encadrée (si encadrée, format du cadre)
    • Couleur ou noir et blanc…
  • Sonores :
    • Volume
    • Cadence
    • Rythme…
  • Kinesthésiques (toucher) :
    • Température
    • Texture
    • Vibration

 

ASSOCIATION OU DISSOCIATION

Observateur – Photo de Mihail_hukuna via Pixabay

 

Être associé à une image signifie qu’on est dans l’image.

Être dissocié d’une image signifie qu’on a une place d’observateur, qu’on est à l’extérieur. C’est comme l’impression de regarder une photo ou un film.

Pour tester l’association et la dissociation, rappelez-vous d’un souvenir récent et agréable. Revivez la scène comme si vous y étiez à nouveau. Quelles sensations avez-vous ?

Si vous étiez bien dans le souvenir, prenez un peu de recul (faites 1 à 3 pas en arrière) et observer. Quelles sensations avez-vous maintenant ?

 

La dissociation est à utiliser lorsque les sensations ressenties sont trop négatives (limitantes, paralysantes, frustrantes, …) ou trop intenses et qu’elles ont un impact néfaste.

L’association, elle, pourra être particulièrement motrice pour se motiver, se rendre plus fort, plus joyeux, plus serein, …

D’une manière générale, il est important de sentir les choses de la vie. C’est ce qui en fait tout son intérêt.

Au fur et à mesure, l’idéal est d’arriver à un équilibre entre les deux.

 

JOUONS AVEC LE VISUEL

Reprenez le souvenir plaisant. Fermez les yeux et détendez-vous.

Eclaircissez cette image (ou ce film) et notez ce que ça fait en vous.

Rapprochez la maintenant et notez à nouveau ce que ça fait en vous.

 

Faites la même chose avec un souvenir pénible.

Il est vraisemblable que les sensations négatives vont être amplifiées.

Que se passe-t-il si vous assombrissez l’image et que vous la rendez plus petite ?

Que se passe-t-il maintenant si vous assombrissez, si vous diminuez, si vous éloignez l’image ?

Les impressions négatives diminuent d’intensité, n’est-ce pas?

 

JOUONS AVEC LE SONOR

Reprenez ce souvenir déplaisant. Que se passe-t-il si vous diminuez le volume des voix, des sons que vous entendez ? notez ce que ça fait en vous

Et si vous ralentissez le rythme, voire si vous l’arrêtez complètement ? notez ce que ça fait en vous et ce que devient ce souvenir négatif.

 

Jouer sur les sous-modalités permet de changer vos perceptions en un rien de temps.

Maintenant vous savez manipuler vos représentations internes et les changer en votre faveur, les changer pour vous donner du pouvoir.

 

Exemple d’une tâche tellement énorme qu’on se dit qu’on n’en viendra pas à bout et qu’on ne commence même pas. Anthony Robbins propose de réduire cette tâche et de la réduire tellement que vous vous sentirez capable de l’accomplir ce qui vous permettra de la commencer et de prendre les mesures nécessaires pour la réaliser.

Changer votre perception et vous changerez votre manière d’agir !

 

« Rien n’est bon ni mauvais, mais y penser le rend ainsi » Shakespeare

 

Dans ce chapitre Anthony Robbins prend de nombreux exemples pour pratiquer ses techniques, j’ai choisi de vous présenter celui des questions à se poser.

 

LES QUESTIONS A SE POSER POUR UTILISER LES SOUS-MODALITES

Cet exercice prend un peu de temps mais il en vaut la peine car ce sont des techniques de base de la PNL et elles peuvent procurer des résultats exceptionnels.

Pensez à quelque chose que vous êtes très désireux de faire. Détendez-vous et visualiser clairement la représentation de cet objectif puis répondez à chacune des questions :

VISUEL

  • L’image mentale que vous avez formée est-elle fixe ou en mouvement comme un film ?
  • Est-elle en couleur ou en noir et blanc ?
  • Est-elle proche ou éloignée ?
  • Est-elle à droite, à gauche ou au centre ?
  • Est-elle dans le haut, le bas ou dans le milieu de votre champ de vision ?
  • Est-elle associée – êtes-vous dedans ? – ou dissociée – êtes-vous à l’extérieur- ?
  • Est-elle encadrée ou s’agit-il d’un panorama qui s’étend à l’infini ?
  • Est-elle claire ou sombre ?
  • Est-elle nette ou floue ?
  • Tout en effectuant cet exercice, notez les sous-modalités qui se manifestent avec le plus d’intensité.

Une fois que vous avez passé en revue les sous-modalités visuelles, passez en revue les sous-modalités auditive et kinesthésique.

AUDITIF

  • Quand vous écoutez ce qui se passe, entendez-vous votre propre voix ou les voix des autres personnes présentes ?
  • Entendez-vous un dialogue ou un monologue ?
  • Les sons que vous entendez sont-ils forts ou faibles ?
  • Présentent-ils des inflexions variées ou sont-ils monocordes ?
  • Sont-ils rythmés ou hachés ?
  • Le rythme est-il rapide ou lent ?
  • Les sons vont et viennent-ils ou sont-ils permanents ?
  • Quelle est la phrase principale que vous entendez ou que vous vous dites à vous-même ?
  • D’où vient le son ?

  • Quand vous touchez, est-ce dur ou mou ?
  • Chaud ou froid ?
  • Rugueux ou lisse ?
  • Souple ou rigide ?
  • Solide ou liquide ?
  • Pointu ou émoussé ?
  • Sur quelle partie du corps s’exerce la sensation ?
  • Est-ce sucré ou aigre ?

 

Au fur et à mesure que vous allez mieux vous connaître, que vous soyez auditif ou kinesthésique, des représentations visuelles vont se former et vous pourrez aussi travailler dessus. Et plus vous travaillerez avec les sous-modalités, plus vous arriverez à les utiliser à votre avantage.

 

AGIR POUR REUSSIR

Rappelez-vous, les mêmes représentations internes créent les mêmes états, les mêmes sensations puis les mêmes actions.

Aussi lorsque vous avez quelque chose que vous êtes très désireux de faire, vous êtes motivé pour le faire.

Ensuite, en toute circonstance, vous serez en mesure de reproduire consciemment cet état de motivation pour agir efficacement.

Avec de la pratique, vous aurez la capacité d’opérer n’importe quel changement et de créer en vous n’importe quel état interne pour reproduire les actions liées.

Observer ses propres modes de fonctionnement et se demander régulièrement s’ils vous amènent bien là où vous voulez aller est primordial pour vérifier que la direction est bien celle que vous souhaitez.

 

Nota : Eclaircir une scène positive, la rapprocher, lui donner un ton amical, encourageant sont quelques éléments qui vous permettront de vous mettre dans des états pour aller de l’avant, pour réussir vos objectifs.

 

COUP DE FOUET

C’est une technique pour traiter les problèmes ou les mauvaises habitudes les plus tenaces.

Elle permet de lier un comportement favorable (grâce à l’état interne) à une mauvaise habitude pour la reprogrammer en bonne habitude. Pratique lorsqu’on veut arrêter de grignoter, de boire, de fumer, de se ronger les ongles, …

Ainsi la 1ère étape est de trouver la représentation interne qui conduit au comportement à changer.

Le coup de fouet, lui, est la représentation interne qui repousse ce comportement. Ensuite, on établit le lien entre les deux de façon à avoir le comportement recherché.

Une fois que ce lien est bien ancré, les choses se font naturellement sans avoir à y repenser.

Etape 1 :

Identifier l’attitude que vous voulez transformer et représentez-vous mentalement cette attitude.

Etape 2 :

Créer l’image du comportement que vous souhaitez atteindre. Voyez tous les détails qui existent quand vous êtes dans ce nouveau comportement, voyez à quel point vous êtes maître de vous quand vous êtes dans ce comportement.

Quand vous faites cela, soyez dissocié de l’image ou de la scène. Soyez observateur de ce qu’il se passe. L’objectif est de vous attirer vers cette représentation interne idéale et pas de la sentir comme déjà existante en vous.

Etape 3 :

Il va maintenant falloir lier les deux images par le « coup de fouet ». L’expérience stérile déclenchera alors automatiquement l’expérience féconde et votre cerveau aura une nouvelle façon de voir les choses.

Fermez les yeux et reprenez l’attitude que vous voulez transformer de l’étape 1 et faites-en une grande image lumineuse.

Dans l’angle inférieur droit de cette image, inscrivez-y une petite image sombre du comportement que vous souhaitez atteindre.

Concentrez-vous sur cette petite image et en une fraction de seconde agrandissez-là et augmentez sa luminosité jusqu’à ce qu’elle envahisse littéralement l’image du comportement que vous ne voulez plus.

Tout en faisant cela, prononcez le mot « Ouf… » avec tout l’enthousiasme et toute la joie dont vous êtes capable car ça permet d’envoyer un message positif et très puissant à votre cerveau.

A partir de ce moment, vous avez une image claire, nette et colorée de la conduite désirée.

L’image de votre ancien comportement a été dissoute.

Refaites ce coup de fouet 5, 6 ou 7 fois avant de rouvrir les yeux.

La vitesse, la répétition, l’implication avec lesquelles vous réalisez l’exercice sont des clés pour la réussite du changement.

Ressentez profondément tous les bonnes sensations que provoquent le nouveau comportement.

Faites-le vite et en vous amusant.

 

Imaginez à nouveau l’ancien comportement que vous vouliez changer.

S’il vous paraît maintenant anormal, le travail est fait et bien fait.

Si ce n’est pas encore le cas, recommencez en vous concentrant sur les sensations positives du nouveau comportement.

 

Vous pouvez aussi utiliser le coup de fouet pour tout ce que vous pouvez avoir de négatifs comme les énervements que vous pouvez ressentir, les peurs, les insatisfactions…

 

Ce sont les clés qu’Antony Robbins nous livre pour être maître de sa vie.

Diriger son cerveau pour avoir les bons états internes qui créent les bons comportements puis les bonnes actions.

 

SYSTEME DE CLASSEMENT

Photo de Element5 Digital via Pexels

 

Le cerveau possède un système de classement.

Les choses auxquelles on croit sont stockées sur la gauche et celles pour lesquelles on n’est pas sûr, sont stockées sur la droite.

A partir de là, prenez une idée sur laquelle vous émettez des doutes et une idée à laquelle vous croyez vraiment très fort.

Observez comment est construite l’idée à laquelle vous croyez vraiment très fort avec les sous-modalités visuelles, voire auditives et kinesthésiques si elles vous sont familières.

Maintenant, prenez cette idée sur laquelle vous émettez des doutes.

Construisez-là de la même façon que l’idée précédente et positionner là sur la gauche.

Quels changements observez-vous ?

 

CONCLUSION

Il est important de faire la différence entre modifier les états internes et les comportements pour atteindre ses objectifs et ignorer les problèmes qui se présentent à nous.

Certaines situations doivent être affrontées mais ce que vous venez d’apprendre peut permettre à les affronter de la meilleure façon possible.

 

Une des difficultés à toutes ces techniques qui assurent des transformations extrêmement rapides est que les gens ne croient pas à ce que ça puisse se faire aussi vite.

Or le prendre comme tel permet d’être complètement responsable de sa vie et d’être maître de ce qui arrive. Et ça, ça peut faire peur !

Le champ des possibles est encore plus large que ce que nous venons de voir.

Ces techniques peuvent être aussi utilisées sur des notions qui sont confuses dans notre esprit, sur la douleur, …etc…

 

 

Dites-nous en commentaire si vous êtes plutôt visuel, auditif ou kinesthésique, si ces techniques étaient faciles à appliquer (ou pas) et ce que vous avez réussi à changer.

 

POUR RESUMER LES IDEES CLES

 

Partager l'article

16 thoughts on “[PSYCHISME] REPRENDRE LE POUVOIR SUR SOI 6/21”

  1. C’est très intéressant de connaître toutes ces techniques qui nous révèlent à quel point notre esprit crée notre réalité. Dans la pratique ce n’est pas toujours aussi simple, en premier lieu parce que, une fois englué dans un sentiment désagréable, on a du mal tout simple à se mettre à appliquer ces techniques, comme si on était bloqué volontairement dans cet état qui pourtant nous déplaît. C’est là, à mon sens, qu’un état d’hypnose assez profond permet de réaliser ensuite ces techniques en leur donnant un réel impact en profondeur et de manière beaucoup plus facile.

    1. Bonjour Pierrick,
      Tout à fait d’accord. Quand la PNL ne fonctionne pas, il y a d’autres techniques et pour ma part, j’ai dans mon escarcelle des techniques plutôt orientées “méditation” qui sont encore plus puissantes car elles déprogramment là où la PNL reprogramme. Il est toutefois possible d’utiliser un mix des deux. On utilise ce qu’on connaît 😉 Rien n’est figé 🙂
      Ici, il est toutefois question que l’on puisse utiliser toutes ces techniques de façon autonome. Un peu comme l’autohypnose ou la méditation 🙂

  2. Il est bien de connaître toutes ces techniques pour gérer nos états internes !
    Certaines d’entre elles nous permettent, en plus, d’analyser notre situation et de comprendre
    d’où viennent nos «mauvaises influences».
    Ça fait déjà longtemps que j’utilise déjà le technique de la diminution d’une tache.
    Il sera intéressant également de tester les autres !
    Merci pour ce partage !

    1. Bonjour Oxana,
      Je vois que tu es déjà une connaisseuse 🙂
      Tu n’auras donc aucun mal de t’approprier les autres.
      J’espère que ça te sera profitable.

  3. Quand on sait à quelle point les habitudes sont tenaces. La méthode “Coup de fouet” permet d’entretenir les bonnes habitudes et faire disparaître les mauvaises, c’est magique.

  4. Changer pour obtenir un résultat différent 😉 Un exemple dans l’article a retenu mon attention : être devant une “tâche tellement énorme qu’on se dit qu’on n’en viendra pas à bout qu’on ne commence même pas.” Qui n’a pas connu cette situation ? 😉 Souvent elle s’accompagne de l’envie de débrancher son cerveau pour ce mettre en pilotage automatique. Pour se mettre en action et conserver sa motivation, je propose dans ce cas de découper la tâche ou l’objectif en plusieurs petites tâches que l’on va planifier sur plusieurs jours ou plusieurs semaines. Rome ne s’est pas construite en un jour. La solution est toujours dans l’action. Merci pour cet article!

    1. Bonjour Gladys,
      Pareil, je découpe l’objectif en tâches plus simples. 🙂
      Je n’ai pas encore rencontré d’exemples pour appliquer la technique proposée par Anthony Robbins mais elle est enregistrée maintenant et pourra toujours servir au cas où 🙂

  5. Autant je ne suis pas fan du personnage (Anthony Robins) autant j’adore toutes les techniques qui cherchent à “jouer avec” (pour ne pas dire tromper) le cerveau. Je pense que nous avons vraiment un grand intérêt à le cerner et le maitriser. Pour notre bien être !

    1. Pour ma part je ne dirai pas que je suis fan mais j’apprécie beaucoup ce qu’il apporte.
      Merci Caroline pour cet article. Ce que j’aime beaucoup dans cet article est l’idée de prise de recul et surtout d’action.
      On est maître de nos pensées et on peut se reprogrammer comme on le souhaite .

      1. Bonjour Délia,
        Oui, ce qu’il apporte est précieux. Il applique sur lui ce qu’il enseigne et ça rend son discours cohérent. Du coup, vu d’où il est parti et vu où il est maintenant, on peut se dire aussi que ça fonctionne pas mal 😉

    2. Bonjour Nicolas,
      L’intérêt est effectivement d’apprendre à maîtriser son cerveau.
      Ce sont Richard Bandler et John Grinder qui sont les précurseurs de la PNL.
      Ces techniques sont bien utiles et très aidantes et surtout, c’est fou à quel point elles sont simples à appliquer 🙂

  6. je suis clairement visuel pour comprendre les nouvelles idées, mais mon sens qui est le plus facilement saturé c’est sonore, j’arrive pas à me concentré s’il y a trop de son. Très intéressant tes idées.

    1. Bonjour Isabelle,
      Quels sont les types de son qui empêchent ta concentration ? Est-ce que ce sont les bruits d’un open-space? des bruits extérieurs comme la circulation, des travaux, … ?
      Quelques propositions :
      – Est-ce nécessaire d’être attentive à l’entourage ? En étant manager, on peut avoir tendance à réserver de l’attention pour son équipe
      – Une suggestion à tester : Se focaliser sur sa tâche et plonger dedans (limiter le temps d’immersion 😉 ) En général, quand on rentre en immersion, les bruits s’éloignent.
      En séance, j’utilise, quand il y en a, les bruits alentours pour que la personne s’appuie dessus et plonge plus profondément à l’intérieur d’elle.

  7. C’est très intéressant. Je pense que mon sens le plus aiguisé est l’ouïe, je suis même parfois envahie. Je n’ai pas réussi tous les exercices, mais c’est hyper étonnant. Merci !

    1. Bonjour Hélène,
      Est-ce que dans les exercices, le fait de baisser le volume était aidant ?
      Cet article nécessite beaucoup plus de temps de pratique que de lecture mais peut-être que les exercices ne sont pas assez précis dans leur description ?!

Laisser un commentaire pour partager avec nous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon dossier bonus sur "Comment mieux dormir naturellement"

%d blogueurs aiment cette page :