[NATURO] SYSTEME IMMUNITAIRE 3/4

Les 3 Systèmes

3ème volet sur le système immunitaire axé sur les causes de son affaiblissement et des différentes pathologies qui lui sont associées. Vous pouvez, si ce n’est pas déjà fait, aller consulter la 1ère partie ici qui définit et donne quelques statistiques sur le système immunitaire et la 2ème partie où il est question de physiologie de façon à savoir comment il fonctionne.

Il faut savoir que le système immunitaire est aussi en interaction constante avec le système hormonal et le système nerveux. Ils communiquent par l’intermédiaire de médiateurs tels que les neurotransmetteurs et les hormones (mais pas que… restons simple ici)

Si l’un de ces systèmes dysfonctionne, il impactera le système immunitaire qui dysfonctionnera à son tour.

QU’EST-CE QUI PEUT AFFECTER LE SYSTEME IMMUNITAIRE ?

Notre organisme va entrer en lutte contre différents types d’agression :

  • Mécanique comme les coupures, les frottements, les chocs, etc…
  • Chimique comme les produits corrosifs, les produits d’entretien, les produits pour les travaux, les intoxications alimentaires ou encore bien d’autres…
  • Facteurs climatiques comme l’altitude, les changement brusque de température, les rayonnements, la sécheresse, etc…

CAUSES D’AFFAIBLISSEMENT DU SYSTEME IMMUNITAIRE

Les causes d’affaiblissement du système immunitaire sont nombreuses

Causes d’affaiblissement du système immunitaire

DEFICIENCES DE L’ALIMENTATION :

Mauvaise alimentation

Nutriments (vitamines, minéraux, …) mais aussi malnutrition (des personnes âgées par exemple qui entraine un état immunodéprimé ce qui favorise les infections), sous-nutrition (des anorexiques), dénutrition (qui est un état pathologique dans lequel les besoins en énergie ou en protéines de l’organisme ne sont pas couverts et qui constitue la première cause d’immunodéficience dans le monde), consommation excessive de sel, il faut ajouter à cela la consommation d’alcool qui rend le système immunitaire inactif durant au moins 24h ainsi que le tabagisme qui réduit le nombre des globules blancs et la baisse des anticorps sans compter d’autres dévitalisants tels que le sucre, le café et le chocolat…etc…

En résumé : Il y a de multiples déficiences de l’alimentation, cela correspond simplement à un déséquilibre de cette alimentation. Si vous ne donnez pas le bon carburant à votre voiture, soit elle va tomber tout de suite en panne, soit le moteur va s’encrasser. Le corps c’est pareil et à partir de là, le système immunitaire ne fera pas exception, il sera lui aussi affaibli par une alimentation inadaptée créant diverses pathologies telles que : surpoids, obésité, …

POLLUTIONS:

Pollution de l’air (intérieur et extérieur), pollution des sols, pollution des eaux (eaux souterraines, rivières, fleuves, mers, océans…). Les pollutions sont partout mais leur concentration varie.

Pollution de l’air 

Une des études menées par l’Université de Stanford, en collaboration avec l’Université de Californie, montre que l’exposition à l’air pollué diminue la fonction des lymphocytes T régulateurs responsables de freiner la réaction du système immunitaire face aux agents non pathogènes du corps. L’activité réduite de ces cellules est fortement associée à l’augmentation des symptômes tels que l’asthme.

Elle a aussi, semble-t-il, des effets négatifs sur plusieurs générations concernant les systèmes reproductif, nerveux et respiratoire. Des études plus récentes évoquent un impact similaire sur le système immunitaire, ce qui n’apparaît pas très étonnant du fait de l’interdépendance des différents systèmes de notre corps !

L’expérience sur une souris enceinte a montré des signes de réponse immunitaire affaiblie. Le plus préoccupant a été de constater que sa progéniture en montrait également, tout comme les individus des quatre générations suivantes !

Les enfants sont aussi particulièrement vulnérables car leurs systèmes respiratoire et immunitaire ne sont pas mûrs. Rapportée à leur poids, leur dose d’exposition aux polluants de l’air (voire des polluants en général) est plus importante que chez les adultes. On note d’ailleurs une augmentation de la mortalité infantile sur le long terme. L’OMS a d’ailleurs annoncé, en 2019, que 570 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de la pollution de l’air dans le monde.

On notera aussi la diminution de la couche d’ozone qui entraîne une augmentation des UV pouvant provoquer plusieurs types de cancers de la peau et des problèmes pour les yeux.

Les risques à long terme sur la santé ne provoquent pas uniquement un affaiblissement du système immunitaire, la pollution atmosphérique contribue aussi à une baisse de la fertilité, à davantage de risques d’être touché par une maladie cardiopulmonaire (infarctus du myocarde, asthme, etc.) et les risques de cancer sont également plus importants.

Exemples de polluants de l’air et les effets sur la santé :

Dioxyde de soufre (SO2) : Inflammation de l’appareil respiratoire, toux, crises d’asthme…

                Il est issu de la combustion des matières fossiles telles que charbons et fiouls. Les sources principales sont les centrales thermiques, les grosses installations de combustion industrielles et les unités de chauffage individuel et collectif ainsi que le transport maritime et fluvial.

Monoxyde de carbone (CO) : Affecte le système nerveux central, cause des troubles cardiovasculaires et le cancer

                C’est un gaz inodore, incolore et inflammable, le monoxyde de carbone (CO) se forme lors de la combustion incomplète de matières organiques (gaz, charbon, fiouls, carburants, bois). La source principale est le trafic automobile. Des taux importants de CO peuvent être rencontrés quand un moteur tourne au ralenti dans un espace clos. En cas de mauvais fonctionnement d’un appareil de chauffage domestique, des teneurs élevées en CO peuvent être relevées dans les habitations.

Particules fines : Maladies cardiovasculaire et respiratoires, cancers pulmonaires.

                Ces particules sont dites insédimentables car elles sont incapables de se déposer au sol sous l’effet de la gravitation (elles peuvent donc parcourir des distances plus importantes sous l’action des vents) et sont extrêmement nombreuses et difficiles à quantifier, d’autant plus qu’elles ont une masse négligeable.

Une grande partie d’entre elles résulte des activités polluantes (moteurs diesel, suies, particules issues de la transformation chimique des gaz polluants en nitrates et sulfates, déchets de la combustion). En effet, le carbone est un sous-produit des gaz d’échappement et des fumées d’usine car tout foyer où la combustion reste incomplète libère du carbone particulaire. Elles sont composées de substances mutagènes et cancérigènes.

Dioxines : Malformations congénitales, toxicité fœtale, altérations du développement de l’enfant, troubles endocriniens…. Augmentations de risque de pathologies cancéreuses.

                De manière générale, les dioxines sont produites par la combustion incomplète de molécules organiques.

Actuellement, les principales sources de dioxines dans les pays développés sont d’abord la combustion mal contrôlée des déchets, que ce soit par les incinérateurs ou lors d’incendies de décharges, et ensuite l’industrie sidérurgique. Elles sont aussi présentes en concentrations moindres dans les gaz d’échappement et la fumée de cigarette.

Pollution des sols :

Pollution des sols
  • Rejets agricoles (nitrates -engrais-, phosphore -lisier-, pesticides => zinc, cuivre, nickel, mercure, cobalt, plomb, …) => les plantes accumulent ces produits chimiques. Ils contaminent aussi dans les sols puis dans les eaux de surface et les eaux souterraines.
  • Rejets industriels par la libération de gaz polluants provoquant des pluies acides qui polluent le sol et qui en augmentant son acidité conduit à la disparition des microorganismes et de la microflore
  • Rejets sauvages de déchets qu’ils soient solides ou liquides (eaux usées) qui à leur tour polluent aussi le sol et les eaux circulantes.
  • Pollution des aliments (fruits et légumes traités aux pesticides, fongicides, herbicides)

On retrouve les dioxines, citées ci-dessus dans la pollution de l’air, avec des taux élevés dans les sols, les animaux sauvages et notre alimentation !

Pollution des eaux :

Pollution des eaux

Les eaux douces sont polluées par ce qui est issu des sols et les océans par ce qui est rejeté des eaux douces, des cargos, des marées noires, des plastiques. On notera notamment :

  • Rejets agricoles (nitrates -engrais-, phosphore -lisier-, pesticides)
  • Rejets domestiques (lessives, produits de nettoyage, matières organiques, médicaments, hormones, cosmétiques, …)
  • Rejets industriels (métaux – plomb, cadmium, nickel, mercure, … -, PCB, micropolluants organiques, eaux chaudes, …)

Les eaux des mers : la densité de métaux lourds est supérieure à celle du plancton. Plus les poissons seront gros, plus leur intoxication aux métaux lourds sera importante et nous en ingérant des poissons nous nous intoxiquerons aussi.

Exemples d’effets sur la santé concernant les métaux lourds :

Plomb : troubles du comportement, pertes de mémoire, hypertension artérielle…

                C’est au contact de canalisations en plomb des réseaux de distribution que l’eau se charge progressivement en plomb, et ce d’autant plus que :

– le temps de stagnation de l’eau dans les canalisations en plomb est long ;

– la longueur des canalisations en plomb est importante ;

– l’eau est acide et/ou faiblement minéralisée ;

– la température de l’eau est élevée : la solubilité du plomb dans l’eau est deux fois plus importante à 25°C qu’à 15°C ;

Nickel : inflammation des voies respiratoires, éruptions cutanées, asthme et bronchite chronique, risque de cancer du poumon et de la cavité nasale et risques de fibroses du poumon

     Exposition de la population en général

Objets métalliques de la vie quotidienne

L’exposition au nickel par contact cutané avec des objets métalliques tels qu’ustensiles de cuisine, robinetterie, boîtes de conserves, pièces de monnaie est l’une des causes de dermatite de contact allergique. 10 à 20 % de la population générale présente des réactions allergiques.

Autres sources

Le tabac contient également des concentrations assez élevées de nickel (2-5 mg/kg), la plus grande partie est cependant retrouvée dans les cendres et la fumée (moins de 0,5 μg par cigarette).

On retrouve également du nickel dans divers implants métalliques, prothèses ou appareils d’orthodontie (InVS, 2011).

Mercure : troubles digestifs, insuffisance rénale, troubles de la vision. Affections des systèmes nerveux, cardiovasculaire, immunitaire et reproducteur

Il est utilisé dans de nombreuses activités industrielles telles que l’extraction de l’or et de l’argent, l’électrochimie, la pharmacie, ou dans des produits d’utilisation courante comme les thermomètres, les baromètres, les tubes luminescents, les amalgames dentaires, les piles…

L’arsenic : infertilité, altération de l’ADN, atteinte du foie, affections dermatologiques.

                L’arsenic présent dans les sols est majoritairement d’origine géologique. Dans une moindre mesure, il provient de contaminations d’origine anthropique liées à l’agriculture (pesticides à base d’arsenic utilisés en tant qu’herbicides, insecticides ou dessicatifs), aux terrils miniers et aux fonderies associées d’or, d’argent, de cuivre, de zinc et de plomb, à diverses autres activités industrielles et enfin, aux retombées atmosphériques.

ONDES :

Ondes

Antennes relais et téléphones portables peuvent causer un état de déséquilibre physiologique et un affaiblissement immunitaire chez les sujets exposés. Les “hypersensibles” peuvent ressentir des effets tels que : impression de décharges électriques dans le corps, fourmillements, nausées, maux de tête, anxiété, insomnies, douleurs musculaires, malaises, troubles digestifs, rythme cardiaque, etc… mais ce n’est pas parce que la majorité de la population ne ressent pas les ondes qu’elles n’ont pas d’impact sur elle ! On ne devient pas hypersensible aux ondes du jour au lendemain.

Tous ces symptômes affaiblissent au fur et à mesure le système immunitaire et selon les personnes créent différentes pathologies. D’ailleurs, on pense rarement aux ondes comme origine des problèmes tellement on y est habitué.

AIR SEC :

Il peut diminuer les défenses naturelles du corps, car il a tendance à assécher les muqueuses de la gorge et du nez et laisser les agents pathogènes entrer librement

MANQUE D’HYDRATATION :

Le manque d’hydratation facilite la pénétration des agents pathogènes dans le corps et empêche l’élimination des toxines.

SOMMEIL :

Manque de sommeil

Insomnies, mauvaise qualité du sommeil, manque de sommeil ne permettent pas à l’organisme de se régénérer. La vitalité diminue peu à peu et forcément, le système immunitaire manquant d’énergie sera impacté à un moment ou à un autre.

INSUFFISANCE EN OXYGENE :

Manque d’oxygène

L’hypoxie peut inhiber les principales cellules immunitaires qui luttent contre les infections virales (ex : les lymphocytes T) et ainsi diminuer leur efficacité. Rappelons que 90 % de l’énergie fabriquée par l’organisme se base sur la consommation d’oxygène par de petits organites présents dans les cellules (les mitochondries). Le manque d’oxygène cellulaire entraine la perte de l’énergie. Or le système immunitaire a une demande en oxygène multipliée par 10 à 20 lorsqu’il est sollicité

En substance, le masque peut très bien exposer à un risque accru d’infections, qui peuvent aussi s’avérer bien plus graves que ce pour quoi il est sensé protégé

AGE :

Âge

A partir d’environ 60 ans, la capacité du système immunitaire diminue.

MALADIES :

Diabète, hypertension, SIDA, cancer (chimiothérapie), maladies auto-immunes (immunosuppresseurs), radiothérapie, corticoïdes, antibiotique … Tous les traitements médicamenteux apportent leur lot de chimie dans l’organisme.

VIRUS, MICROBES, BACTERIES, PARASITES, CHAMPIGNONS :

Ce sont les ennemis du système immunitaire

DEFICIENCES DE LA PSYCHE :

Stress, Surmenage

Stress, Dépression, Surmenage, Peur, … affectent le système immunitaire.

SEDENTARITE OU EXCES D’ACTIVITE PHYSIQUE :

Sédentarité

L’un ne permet pas de faire circuler les fluides et l’énergie du corps, l’autre épuise ses réserves. Cela affecte aussi le système immunitaire.

SOLEIL

Une exposition insuffisante au soleil affecte le système immunitaire non seulement par une carence en vitamine D mais aussi parce que le soleil est microbicide. Un adage dit « Là où le soleil entre, le médecin n’entre pas »

SYMPTÔMES D’UN SYSTEME IMMUNITAIRE AFFAIBLI

Tous les symptômes ci-dessous révèlent un système immunitaire qui ne peut plus faire son travail correctement. Ces symptômes ne sont pas uniquement dus à un système immunitaire affaibli, ils peuvent révéler d’autres pathologies néanmoins, cela peut déjà être un signe pour vous qu’il faut prendre plus soin de vous et de votre santé.

Fatigue générale, Épuisement,

Infections fréquentes (gingivite, cystite, diarrhée, …)

Malade fréquemment (rhume, grippe, maux de gorge, …)

Allergies (phénomène d’exagération pathologique de la réponse immunitaire)

Symptômes psychologiques tels que des difficultés de concentration, de mémorisation…

Cicatrisation mauvaise ou lente …

PATHOLOGIES, TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE

Un système immunitaire affaibli peut également avoir d’autres effets plus importants sur la santé en général notamment avec des maladies comme l’immunodéficience innée, l’immunodéficience acquise (SIDA, maladies auto-immunes, …). On peut aussi répertorier les greffes de tissus, les transplantations d’organes ainsi que les vaccins qui peuvent aussi provoquer des troubles du système immunitaire soit directement soit indirectement (c’est-à-dire en impactant le système nerveux ou le système endocrinien).

DEFICITS IMMUNITAIRES INNES

Lorsque que l’immunodéficience est innée, elle a alors souvent une origine génétique. Certains acteurs de la défense immunitaire ne sont pas fabriqués correctement en raison d’une anomalie du gène qui code cette information. Ce manque s’exprime par un mauvais fonctionnement de la moelle osseuse, chargée de la fabrication des cellules de l’immunité. Ainsi, par exemple, la moelle osseuse d’un enfant atteint d’une telle immunodéficience ne pourra pas fabriquer de phagocytes ou de lymphocytes B (donc pas d’anticorps) ou de lymphocytes T. Il ne possède donc pas les éléments nécessaires pour se défendre contre les infections.

L’immunodéficience innée signifie que le système immunitaire est incapable de lutter efficacement contre les microbes. La moindre infection peut donc être fatale et c’est pourquoi certains patients, comme les enfants-bulles, atteints d’immunodéficience innée, vivent dans une « bulle » stérile qui les maintient à l’abri des microbes.

Il est parfois possible de corriger une immunodéficience innée grâce à une greffe de moelle osseuse.

DEFICITS IMMUNITAIRES ACQUIS

Un grand nombre de situations pathologiques ou de blessures (chez le grand brûlé par exemple) s’accompagnent d’un dysfonctionnement du système immunitaire, générateur d’infections à répétition. Il est difficile de les citer toutes, et nous devons nous contenter de faire état des situations les plus spécifiques. Voici quelques exemples :

SIDA :

Dernier stade de l’infection au VIH. Le VIH désorganise le système immunitaire en infectant indirectement les lymphocytes T. Ces cellules sont un pilier de la réponse immunitaire. Elles ne peuvent plus fabriquer leurs propres molécules et leur intégrité est détruite.

MALADIES AUTO-IMMUNES :

Une maladie auto-immune est consécutive à une anomalie du système immunitaire conduisant ce dernier à s’attaquer aux composants normaux de l’organisme. Voici quelques exemples de maladies auto-immunes

SCLEROSE EN PLAQUE :

maladie auto-immune qui touche des individus génétiquement prédisposés mais qui semble être déclenchée par des éléments environnementaux qui agissent comme des facteurs de dérégulation de l’immunité, d’inflammation et de dégénérescence des nerfs. C’est la maladie auto-immune affectant le système nerveux central la plus fréquente.

DIABETE DE TYPE 1 :

Le diabète de type 1, diabète insulinodépendant apparaît le plus souvent de manière brutale chez les plus jeunes (en général). Les diabétiques de type 1 doivent contrôler leur glycémie et s’injecter de l’insuline plusieurs fois par jour.

Les causes ne sont pas clairement établies. Des formes familiales existent, ce qui est en faveur d’un facteur génétique.

Les données épidémiologiques suggèrent aussi un lien avec la consommation de lait de vache par les enfants. Le mécanisme serait la création d’anticorps dirigés contre des peptides dérivés du lait de vache, celui-ci étant incomplètement digéré par certains enfants. Ces anticorps pourraient aussi attaquer les cellules-bêta du pancréas, responsables de la production d’insuline. L’allaitement maternel semble protéger contre ces types d’infections associées au diabète de type 1

CANCER :

C’est une maladie provoquée par la transformation de cellules qui deviennent anormales et prolifèrent de façon excessive. Ces cellules déréglées finissent parfois par former une masse qu’on appelle tumeur maligne. Les cellules cancéreuses ont tendance à envahir les tissus voisins et à se détacher de la tumeur initiale. Elles migrent alors par les vaisseaux sanguins et les vaisseaux lymphatiques pour aller former une autre tumeur (métastase).

Plusieurs types de cancers semblent en augmentation. Si dans certains cas cette progression est liée à des facteurs de risque identifiés (tabac, alcool, polluants industriels reconnus cancérigènes, obésité, sédentarité, exposition au soleil), il est difficile dans d’autres cas d’attribuer à des facteurs précis l’augmentation observée.

CONCLUSION

Vous l’aurez compris, notre système immunitaire est mis à rude épreuve ! néanmoins notre corps est particulièrement bien conçu et notre système immunitaire, nous l’avons vu, est remarquablement bien fait.

Il est cependant important de lui apporter toute l’aide qu’il nous est possible en prenant soin de soi et de l’environnement dans lequel on évolue que ce soit pour l’aider à rester fort ou pour l’aider à (re)devenir fort. Dans le prochain et dernier article, nous verrons les « remèdes » utilisés pour cela que ce soit par la médecine moderne ou par la naturopathie.

Quelques références

http://www.atmonormandie.fr/L-air-le-b.a-ba/Polluants/Dioxyde-de-soufre-SO2

http://www.atmonormandie.fr/L-air-le-b.a-ba/Polluants/Monoxyde-de-Carbone-CO

https://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/particules-fines.php

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/pollution-sont-sources-dioxine-1031/

http://www.vedura.fr/environnement/pollution/pollution-mercure

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

6 thoughts on “[NATURO] SYSTEME IMMUNITAIRE 3/4”

  1. Nico06 dit :

    Un article plus que complet qui montre bien que notre corps est une formidable “machine” mais que le monde dans lequel nous vivons est truffé de pièges. Clairement les défenses immunitaires de notre organisme sont une des plus incroyables choses (quand on y réfléchit) qui soit ! Notre organisme qui se défend (nous aide en ce sens … C’est tout de même une merveille de la vie. A nous de prendre conscience de tout ce que l’on peut faire pour l’aider à notre tour. Merci pour cette masse d’informations et cet article très fouillé.

    1. Caroline S dit :

      C’est exactement ça, le monde actuel possède beaucoup de sources qui pourraient atteindre notre système immunitaire mais comme il est très bien fait, il sait déjouer les pièges… jusqu’à un certain point et c’est là que nous intervenons pour qu’il n’atteigne jamais ce point où il pourrait être mis en défaut.
      Merci pour ton commentaire 🙂

  2. alexandremds dit :

    Notre corps est une merveilleuse machine, malheureusement nous n’en prenons pas soin.
    Ce qui me choque le plus, c’est que nous prêtons plus d’attention à l’entretien de notre voiture qu’à notre corps.

    Merci pour cet article complet et les explications sur notre système immunitaire .

    1. Caroline S dit :

      Complètement d’accord “notre corps est une merveilleuse machine” et c’est parce qu’il fonctionne tout seul qu’on n’en prend pas soin… On n’a pas conscience qu’il est important de faire attention au carburant (physique, psychique et émotionnel) qu’on lui donne, à comment on le traite pour qu’il puisse être au top. Et au final, ce n’est pas tant que ça à faire. Ce ne sont pas les bonnes informations qui sont véhiculées et mises en avant que ce soit pour l’alimentation, les relations aux autres, la relation à soi, l’environnement dans lequel on vit, le sport…
      L’important est de prendre conscience de ce qui ne va pas et de se dire que ce n’est pas une fatalité. 🙂

  3. eric dit :

    La lecture de cet article renforce ma position qu’il faut absolument revoir notre mode de vie ‘occidental’ … finalement nous sommes agressé constamment et un retour à une vie équilibrée, posée et en pleine conscience nous permettra de vivre pleinement notre passage sur notre Terre qui souffre malheureusement …

    1. Caroline S dit :

      Hélas, il n’y a pas que les occidentaux qui polluent… Heureusement, les mentalités changent et comme toi, il y a de plus en plus de personnes qui veulent une vie plus équilibrée, plus en accord avec la Terre et c’est aussi comme ça, qu’il est possible de prendre soin de soi. Fuir les lieux où la densité de la population est trop importante car ce sont des lieux où la pollution est élevée. Bref, il y a des solutions et changer nos habitudes en font partie. 🙂

Laisser un commentaire pour partager avec nous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon dossier bonus sur "Comment mieux dormir naturellement"

%d blogueurs aiment cette page :