Expérience d’un jeûne sur 3 jours

Présentation

Si vous avez déjà lu, sur ce blog, ma présentation, vous savez que j’ai commencé un cursus de Naturopathe.

Pour définir ce qu’est la naturopathie, j’ai opté pour la définition du Larousse qui synthétise bien le sujet :

La Naturopathie est un ensemble de pratiques visant à aider l’organisme à guérir de lui-même, par des moyens exclusivement naturels. Elle repose sur une théorie selon laquelle la force vitale de l’organisme permet à celui-ci de défendre et de guérir spontanément. Elle consiste donc à renforcer les réactions de défense de l’organisme par diverses mesures d’hygiène (diététique, jeûne, musculation, relaxation, massages, thermalisme, thalassothérapie, etc.) aidées par les seuls agents naturels (plantes, eaux, soleil, air pur, etc.), un traitement médical ne devant intervenir qu’en cas d’urgence

Ainsi, le jeûne est une « mesure d’hygiène ». Validation à 2000% !

Complètement convaincue de l’intérêt du jeûne, on peut même dire aussi que je suis, au moins un peu, avertie sur le sujet. Malgré cela, il n’a pas été aisé de prendre la décision de faire ce jeûne et surtout de la mettre en application. Néanmoins, et c’est comme beaucoup de choses, il suffit de se lancer et une fois que la machine est en route et bien ça roule.

Pourquoi un jeûne ?

Depuis quelques temps, j’ai accumulé de la fatigue pour arriver à une vraie grosse fatigue !

A quoi est-ce dû ? je ne sais pas encore mais dans un 1er temps, j’ai décidé de faire différents types d’examens et d’utiliser les moyens que je connaissais pour « soigner les maux ».

Malgré une plutôt bonne alimentation et une bonne hygiène de vie, je suis une gourmande qui aime non seulement, partager des moments conviviaux avec des personnes qui ne sont pas forcément adeptes de la naturopathie mais aussi boire un bon chocolat chaud maison (avec du lait végétal) surtout le soir.

Décidée donc de venir à bout de cette fatigue récurrente, j’opte pour le jeûne car de mon point de vue, les effets se sentiront plus rapidement qu’avec une autre forme de diète. Comme je le fais chez moi, je prends aussi bien soin de le faire sur une période où j’ai peu d’activités et d’obligations et surtout, où je ne travaille pas.

L’inconvénient, c’est que nous sommes dans une période très froide et que ça stresse un peu plus l’organisme mais comme le meilleur moment, c’est maintenant, la décision est prise.

Néanmoins, même si mon but est d’expérimenter l’effet thérapeutique, dans le cas où je ne le supporterai pas, je serai toujours en capacité de m’alimenter.

Pourquoi un jeûne sur 3 jours ?

Effectivement, pourquoi un jeûne sur 3 jours et pas 7 par exemple ? d’autant qu’un jeûne sur 7 jours permet de détoxiner beaucoup plus en profondeur.

Tout simplement parce que je ne me connais pas encore assez à ce niveau-là pour faire directement un jeûne sur 7 jours et comme je l’entreprends seule, je préfère me tester en observant bien ce qu’il se passe.

J’ai opté pour :

  • un jeûne hydrique le 1er jour,
  • un jeûne sec le 2ème jour et
  • un jeûne hydrique le 3ème jour.

Ce « protocole » permet de laver le sang le 1er jour, de laver la lymphe le 2ème jour en déversant ses déchets dans le sang puis de laver à nouveau le sang lors du 3ème jour.

La préparation du jeûne

Comme je n’ai pas eu une alimentation débordante les derniers jours, que je ne mange pas de viande, que je n’ai pas consommé de produits laitiers et des produits à base de gluten récemment et qu’il ne s’agit pas d’un jeûne très long, je ne fais pas de préparation spécifique pour cette fois. La veille au soir je dîne, pour l’essentiel, de poireaux.

Comment et quoi boire ?

Les boissons à privilégier sont les eaux de type Montcalm ou Mont Roucous car peu minéralisées (le but du jeûne est de faire sortir les déchets et pas de lui amener des minéraux). J’ai fait, avec ces eaux-là, des infusions à la menthe ou pris des yogi tea. Le café est à proscrire et les thés noirs sont fortement déconseillés.

En revanche, ce qui est conseillé, ce sont des infusions avec par exemple le mélange ci-dessous :

Plante médicinale Quantité en gramme
Fenouil 20 gr
Eglantier 20 gr
Fleurs de tilleul 20 gr
Camomille vraie 20 gr
Maté 20 gr
Menthe poivrée 20 gr

Il en existe de toutes faites comme la tisane du jeûne bio de chez Gaïa (dont la composition diffère de ci-dessus).

Le 1er jour : jeûne hydrique

La 1ère étape de la journée, ce doit être le « nettoyage interne » qui est primordial que ce soit en cure de détox jus, monodiète ou jeûne. Vous devez obligatoirement passer par là. Si le nettoyage ne se fait pas seul (comprendre : aller à la selle), vous devez faire une « douche rectale » ou ce qui est plus connu, un « lavement du côlon ». Une quantité allant de 300 à 500 ml d’eau est recommandée à 37°C. (J’en ai trouvé un ici mais je n’ai pas testé celui-ci, il m’apparaît néanmoins très bien car facilement lavable et sans bisphénol ni phtalate!)

Parfois, vous aurez la langue chargée. A l’aide d’une cuillère, plusieurs fois, passer sur la langue le côté creux pour enlever la matière plutôt blanchâtre puis laver vous les dents en passant aussi sur la langue.

Si vous ne procédez pas impérativement à l’évacuation des matières fécales, au nettoyage de votre côlon, alors tous les déchets viendront à vous polluer, vous. Ceci n’est pas du tout l’effet recherché, convenez-en !

Pour moi, la 1ère étape fut le petit déjeuner et la 2ème, le nettoyage.

Le p’tit déjeuné fut une infusion de menthe comme j’ai coutume de prendre mais cela s’est arrêté là. Les gâteaux du p’tit déjeuner que je mange habituellement ne sont pas pour moi ce matin-là. C’est déjà une mini victoire que de réussir à ne pas céder dès ce moment-là ! et ça motive pour la suite. Les prochains c’est dans 3 jours je me disais mais que nenni, je n’avais pas pris en compte la reprise du jeûne ! ce sera donc au bout du 5ème jour que je pourrais en remanger.

J’ai plutôt pas mal de choses à faire à l’extérieur, je fais attention de ne pas forcer. Une grosse partie de la journée se passe ainsi. L’intérêt, alors, est que le temps passe plus vite. Donc quand vous jeûnez, s’occuper, c’est très bien, car ainsi, vous ne pensez pas à autre chose !

Ces occupations m’apparaissent ne pas devoir être physiques. Votre corps n’est pas habitué à ne pas avoir sa ration de calorie, je prône de le ménager. J’applique donc car je ne me sens pas toujours avec une énergie au top !

Pendant cette journée, buvez régulièrement mais pas à outrance et surtout adapter la quantité à la chaleur extérieure.

Pour ma part, j’ai bu quand j’avais soif et essentiellement des infusions ce qui me permettait de me réchauffer. J’ai aussi opté pour la bouillotte, un vrai must en ses températures hivernales.

J’ai vaqué à des occupations plutôt cérébrales que physiques en cette fin d’après-midi de ce 1er jour.

Au dîner, je prends mon infusion de menthe (c’est parce que j’adore ça !) pendant que ma moitié dîne puis dans la soirée, une infusion de valériane pour favoriser le sommeil.

Je ne cache pas que le voir manger des plats que j’aime bien, ça titille mais j’arrive à rester sur ma ligne de conduite.

Synthèse 1er jour : je me sens bien dès le matin même s’il est nécessaire de ne pas brusquer les choses. Être en mouvement est aidant et je trouve que boire juste à sa soif permet de ne pas se disperser. Les idées sont suffisamment claires pour effectuer un travail intellectuel mais pas de réelles différences avec d’autres moments.

Le 2ème jour : jeûne sec

C’est simple : rien n’est à ingurgiter, inutile de penser à quoi que ce soit ce jour-là ! et il faut procéder après le lever, au nettoyage interne.

Voici ce qu’il s’est passé pour moi.

Réveil tôt dans la nuit, j’essaie de me rendormir avec la technique de la respiration si efficace habituellement mais sans succès à ce moment-là. Du coup, je me lève pour lire (Il est possible de faire du yoga et je le conseille fortement, me concernant je n’ai pas retrouvé de nouvelles postures pour me relaxer). Au bout d’un moment, le train du sommeil est revenu vers moi et je suis retournée faire dodo.

Réveil assez tardif ensuite mais au moins j’ai récupéré. Il faut que je me lève, j’ai des choses à faire le matin même. Je me sens assez faible. Je me pose un moment sur le canapé mais je ne dois pas traîner. Je me prépare rapidement sans passer par la case « nettoyage interne » (A surtout NE PAS REPRODUIRE, cette étape est OBLIGATOIRE). Je vais doucement car je sens que je ne dois rien faire de rapide ou brusque. J’arrive dans les temps. Je peux ensuite rentrer avec le même rythme. Ça va mais vraiment doucement ! L’important est de partir à point, Merci M. La Fontaine😉

Après m’être réchauffée, je dois à nouveau ressortir. Transport à l’aller mais le retour, j’en profite pour marcher. C’est important de faire un peu d’activité physique douce d’ailleurs. Ça va mieux ensuite, j’ai plus d’énergie. Le fait de bouger est salutaire !

L’après-midi, à nouveau, je m’occupe à des activités plus cérébrales. L’avantage quand on jeûne, c’est qu’il n’y a aucune minute consacrée à la cuisine ! C’est un gain de temps monstre 😉

Néanmoins, je décide de préparer à manger pour ma moitié un peu plus tard (j’ai du temps) et comme ce sont des bonnes choses, ça n’aide pas.

Au dîner pareil, là, je n’ai rien à ingurgiter. Ce n’est pas top ! mais cela n’empêche pas la conversation 😉

Je voulais tester la tisane à la valériane cette semaine pour favoriser le sommeil mais pas possible du coup :-s (pas grave, je le ferai demain)

Synthèse 2ème jour : La privation de nourriture de cette journée n’est pas du tout une souffrance mais avoir de la nourriture à proximité rend moins facile cette privation car l’esprit se rapproche de la nourriture alors que l’important, de mon point de vue, est d’apprendre à détourner l’esprit de cette idée. J’ai ressenti de la faiblesse dans la matinée mais l’après-midi, je me sentais avec plus d’énergie et l’esprit plutôt clair. Aucune sensation de faim. J’ai même l’impression que la douleur que j’ai dans la hanche depuis quelques temps s’est vraiment estompée.

Le 3ème jour : jeûne hydrique

A nouveau réveil tôt dans la nuit mais plus tard que la nuit précédente. Même scénario néanmoins. J’essaie de me rendormir avec la technique de la respiration sans succès. Grrr, je croyais que le jeûne favorisait le sommeil !

Je me lève pour lire et aussi pour boire ! j’ai très soif.

Je peux reprendre des tisanes ! 😊

Je ne semble pas assez fatiguée pour retourner dormir, la journée peut donc commencer. Pas vraiment d’impératif aujourd’hui. Je me sens moins faible que la veille mais j’y vais piano quand même.

Etape nettoyage interne faite, je prépare ma sortie de jeûne du lendemain en m’occupant d’une courge butternut. Cuite à la vapeur, je la mouline. Elle fera un parfait potage (plutôt dilué) le lendemain. Et hop, au frais. La matinée passe sans beaucoup d’activité physique ni de sortie (il fait encore très froid dehors !) mis à part quelques courses où les odeurs de nourriture sont très prédominantes dans la rue mais je détourne mon esprit. Ce n’est pas encore pour aujourd’hui. Pas de baisse d’énergie comme la veille mais pas de regain non plus. Le rythme reste tranquille !

Et l’après-midi, c’est activité cérébrale comme les autres jours 😉

Je trouve que j’ai moins froid que les autres jours. Je ne prends même pas la bouillotte (y a-t-il un lien ?) et je prends des tisanes plus fréquemment que le 1er jour car je sens qu’il faut que je me réhydrate.

Le soir, pour le dîner, je décide de prendre le jus de bouillon de poireaux que j’ai fait dimanche (3 jours au frigo, il est encore bon) pour commencer le retour à l’alimentation et c’est carrément un délice ! ça redonne beaucoup d’énergie.

Je prends aussi avant de me coucher une tisane de valériane.

Synthèse du 3ème jour : Une sensation de ventre bien vide qui est plutôt agréable mais sans aucune sensation de faim ! Je trouve que j’ai toujours moins d’énergie le matin que l’après-midi. Je suis contente de terminer ce jeûne. C’était long ces 3 jours. Même si parfois il y a des tentations extérieures, l’important est de se refixer sur « pourquoi on fait ça ».

J’ai encore la sensation que ma hanche me fait moins mal. Est-ce le jeûne ou l’absence d’entraînement ? mystère pour le moment.

Le 4ème jour : reprise alimentaire (jour 1)

La réintroduction des aliments doit se faire progressivement. Comme il s’agit d’un jeûne court, je décide de prendre mon p’tit déjeuner avec ma tisane habituelle à la menthe et des fruits. J’ai choisi une orange et une banane bien mure mais je n’ai pas pu terminer la banane.

Si le nettoyage interne ne se fait pas tout seul, on l’aide car le corps rejette un maximum de déchets surtout après ces 3 jours et si le jeûne a perturbé le fonctionnement intestinal, alors il faut procéder comme les autres fois : douche rectale avec une quantité allant de 300 à 500 ml d’eau à 37°C. Penser aussi à enlever la surcharge de la langue car là, c’est sûr, ça ne se fera pas tout seul.

Dans la matinée, je me fais un jus orange, citron avec un peu de curcuma (je devais rajouter de la carotte mais je n’en avais plus finalement). C’est vraiment très bon et ça donne plein de nutriments et d’antioxydants ! (L’orange est riche en vitamine C, source de potassium, calcium et de magnésium et elle stimule le système immunitaire. Le citron est riche en vitamine C et source de potassium, calcium, magnésium et phosphore. Le gingembre est aussi source de potassium, calcium, magnésium et phosphore et a des propriétés anti-inflammatoires. Le Curcuma est source de fer et manganèse. Tous ont des propriétés d’antioxydants)

Comme je vois que le frigo est dépourvu d’aliments à transformer en jus, je vais faire quelques courses. Il est bien de privilégier les légumes mais dans le magasin bio, il n’y en a pas qui m’interpellent alors ce sera achat de : carottes, betteraves, oranges, citrons et gingembre ainsi que d’épinards (comme il y en a peu, je m’en servirai uniquement pour le déjeuner que je préparerai à la vapeur)

Le déjeuner se compose des épinards puis de houmous dans lequel je trempe des champignons et du chou-fleur crus. Ça fait déjà beaucoup mais en début de soirée, j’ai un entraînement de fractionné (course à pied), certes pas violent sur le papier mais je me permets de mettre un peu plus de calories et surtout d’ajouter des légumineuses, avec le pois chiche du houmous, qui aurait dû être réservé au lendemain. Je suis un peu plus que rassasiée !

Travail cérébral l’après-midi.

J’apprends que la piste est gelée et qu’il n’y aura pas d’entraînement alors je décide d’aller seule, de jour, faire la séance autour du lac. Je crains le manque d’énergie et le manque de calories alors je prends 2 demi-portions des gâteaux que je fais pour le p’tit déjeuner à base d’avoine et de noisettes ou d’avoine et d’amandes avant de m’élancer pour la séance. J’ai une barre énergétique dans la poche au cas où et mon titre de transport pour le retour (au cas où aussi). Échauffement pour aller jusqu’au lac soit ~20’. Je me sens obligée de faire une pause de 2’ avant les 2 x 2000 m que je dois faire en 10’27 avec 3’ entre chaque. Je m’assoie même sur le banc. Je sens que ça va être compliqué !

Je m’élance et décide rapidement de ralentir en me disant, tant pis, j’y vais en endurance et je verrai bien le temps à la fin. Je sens que je n’ai pas la pêche et que je ne peux aller plus vite !

Verdict pour la 1ère répétition : 11’ (j’ai plutôt limité la casse) je respecte les 3’ de récupération, malgré le froid, pour une fois et je m’élance pour la 2nde répétition. Ça reste aussi compliqué que la 1ère et je me sens très tendue. Je mets 11’10. Je suis vraiment essoufflée et je respecte à nouveau les 3’ de récupération sur un banc… Je rentre en trottinant jusqu’au métro. Ça sera suffisant pour aujourd’hui. Il n’empêche qu’une fois que c’est terminé je suis bien !

En rentrant je profite de la fenêtre métabolique pour manger une part du banana bread fait juste avec bananes, œufs, beurre et noix. Avec le recul, ce n’était pas forcément nécessaire car ce n’était que 7,5 kms ! puis après une bonne douche, je me fais un bon chocolat chaud (avec du lait végétal).

C’était compliqué cette séance mais contente de l’avoir faite.

Le soir, c’est le velouté de courge butternut dilué et c’est tout.

Synthèse de ce 1er jour de reprise alimentaire : avec cette séquence sportive, cette reprise alimentaire n’a pas été simple et surtout l’adaptation à ce changement d’horaire que j’ai décrété n’a pas du tout été optimum.  Il y a une nette marge de progression à ce sujet et je pense qu’il aurait été plus judicieux de ne pas la faire. Une séance d’endurance fondamentale serait, à mon avis, beaucoup plus adaptée à une telle journée. En revanche, il a été très agréable d’enfiler ses affaires de sport plus facilement que les autres jours. Je n’ai pas vérifié mon poids ni mon tour de taille suite à ce jeûne car le but était thérapeutique néanmoins, force est de constater que ces diminutions permettent de se motiver pour être plus vigilante avec ce qui est ingurgité pour le conserver le plus longtemps possible.

Le 5ème jour : suite de la reprise alimentaire (jour 2)

A nouveau réveil très tôt dans la nuit et bien plus tôt que les nuits précédentes. L’absence de tisane à la valériane ou la reprise alimentaire « trop importante » y serait pour quelque chose ? Le jeûne aurait-il eu un bénéfice sur ce plan ?

Le petit déjeuner est pris plutôt que d’habitude avec les mêmes quantités et produits, à savoir, les « cookies » inspirés de la recette du livre d’Emelie Forsberg (une élite du trail et compagne Kilian Jornet) à base d’avoine et d’amandes pour les uns puis d’avoine et de noisettes pour les autres ainsi que son gâteau « banana bread » à base de bananes, œufs et noix, sans oublier, et pour changer, un chocolat chaud. Je compte aller courir alors je préfère me nourrir en conséquence.

Ce qui suit, vous le savez maintenant, c’est le nettoyage « interne ». Mon système n’est pas au top tout simplement dû à la combinaison du jeûne et du manque de sommeil. Je procède comme vous savez maintenant 😉

Ensuite, la matinée ne se passe pas comme prévu. Je travaille jusqu’en milieu de matinée puis je vais m’allonger pour récupérer (j’en profite car ce n’est pas tous les jours ainsi). J’ai droit à 1 cycle de sommeil en plus, merci Morphée. C’est le comatage au réveil. Pas d’énergie pour aller courir alors j’en profite pour déjeuner : crudités et houmous au menu puis purée de courge butternut avec quelques graines de courge. J’ai du mal à finir la purée !

Une part du banana bread d’Emelie et un chocolat pour compléter.

Le run ce sera en début d’après-midi après avoir digérer ! Je décide donc de faire une séance en endurance fondamentale pour ne pas forcer. Heureusement que les pauses pour faire les photos sont là car l’essoufflement est très présent dû à un manque d’énergie quasi-certain ! J’ai vraiment la sensation que ça n’avance pas, néanmoins, j’apprends un fondamental : je sais que je rentrerai quelque soit le temps que je mettrai. Un peu à l’image d’une course longue pour laquelle l’arrivée tarde !

Les bénéfices, post-séance, sont vraiment là. Ça fait un bien fou! néanmoins, ça m’apparaît compliquer de lier le sport d’endurance et le jeûne.

Bilan de ce jeûne :

Faire ce jeûne n’a pas été trop dur notamment car je n’ai pas eu de sensations de faim néanmoins, avoir quelqu’un qui mange à côté, rend la chose moins facile. 3 jours, ça m’est apparu long. J’ai apprécié d’avoir la sensation d’un estomac vide et ça m’a fait prendre conscience que je mangeais trop. Ça m’a donné l’idée de prendre un focus sur ce que je voulais vraiment plutôt que de reprendre cette portion qui sera de trop.

Concernant la fatigue, je n’ai pas trouvé pour le moment de bénéfice. Cela n’a pas amélioré mon sommeil vraisemblablement et ma hanche qui me faisait mal depuis quelque temps lors de mouvements spécifiques continue de me faire mal lors de ces mêmes mouvements.

J’en retire une expérience pas forcément probante sur les aspects thérapeutiques observés car sans doute trop courte mais un encouragement à aller au-delà, dans un contexte où : il fera plus chaud et où l’environnement se prêtera au jeu. J’ajouterai aussi plus d’activités physiques comme la marche et le yoga ainsi qu’être dans un lieu plus proche de la nature.

Je serais heureuse de lire vos propres expériences dans les commentaires et si vous avez des questions sur ce jeûne de 3 jours, utiliser aussi les commentaires, je serai ravie de vous répondre

Spread the love
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
janvier 25, 2019

Laisser un commentaire pour partager avec nous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.